La situation en Afghanistan

    Ces dernières semaines ont amorcé la fin de ce qui fut, pour les États-Unis, leur plus longue guerre. Débutée suite aux attentats perpétrés le 11 septembre 2001, le conflit s’est enlisé au fur et à mesure des années et n’a pas rempli tous les objectifs fixés par le pouvoir américain. En février 2020, Donald Trump s’était engagé sur un retrait sous condition des troupes américaines au 1er mai, à la suite d’une négociation avec les insurgés talibans. Ceux-ci ont ensuite menacé d’une reprise des combats si cette date n’était pas respectée.

    Le nouveau président américain Joe Biden a annoncé le retrait des troupes militaires américaines en parallèle des troupes de l’OTAN, pour le 11 septembre, puis le 31 août 2021. Le 12 juillet, le général Austin Scott Miller, chef des forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan a quitté ses fonctions dans cette perspective.

    Ces annonces se sont suivies d’une avancée rapide des talibans vers la capitale. De nombreuses zones autour de la capitale afghane sont déjà sous l’emprise des talibans et ont mené jusqu’à la mise en place d’un système de défense anti-roquettes pour protéger l’aéroport. Joe Biden a alerté la communauté internationale sur le risque que les talibans prennent le pouvoir, d’autant plus que les négociations n’évoluent pas.

    Cette situation plonge le pays dans une situation d’incertitude et d’insécurité, à laquelle s’ajoute la propagation de l’épidémie. Ce sont les timides droits des femmes, des minorités et plus largement les droits humains dans le pays qui se retrouvent menacés par cette conquête fulgurante des talibans et leur volonté de rétablir l’Émirat islamique.

    De nombreux États s’inquiètent de cette situation et ont rappelé leur personnel diplomatique présent dans le pays. En outre, le ministère afghan des Réfugiés a interpellé l’Europe sur les risques encourus en cas d’expulsion de migrants afghans.

    La France a appelé les parties au processus de paix inter-afghan à établir une reprise des discussions pour assurer une stabilisation et parvenir à un règlement politique des conflits et un cessez-le-feu. La France rappelle notamment aux talibans leur engagement de rompre tout lien avec les organisations terroristes. Elle continuera à se concerter avec les pays de la région pour assurer la paix en Afghanistan et le maintien des valeurs démocratiques.

    Pour rappel, la France intervient dans la guerre d’Afghanistan depuis 2001 dans le cadre d’une opération menée sous commandement de l’OTAN ; les forces combattantes françaises se sont ensuite retirées en 2012.